I L’Epo, une espèce chimique naturelle…

Publié le par Mohamed & Saad Yacine

 

            1. Qu’est-ce que l’Epo ?

 

            L’EPO, ou plus exactement l’Erythropoïétine, est une molécule que Carnot a découverte en 1906. En effet, une expérience sur un lapin normal fut effectuée : on prit du sang d’un lapin anémique et il fut réinjecté dans un lapin normal. Le lapin normal avait son taux de globules rouges décuplé. Cette expérience fit prendre conscience à Carnot de bon nombre de chose. Un lapin anémique possédait donc quelque chose qui faisait qu’au moment de l’injection de son sang chez un lapin normal, le nombre de globules rouges du lapin sain augmentait considérablement. C’est l’effet de l’Erythropoïétine. En fait, l’Erythropoïétine a pour effet d’augmenter le nombre de globules rouges, cellule discoïde biconcave dépourvue de noyau, de mitochondries, et de ribosomes, et contenant une grande quantité d'hémoglobine lui donnant sa coloration, et permettant ainsi au dioxygène (O2) de circuler d’avantage dans le sang. Lorsqu’il découvrit cette molécule il la nomma hémopoïetine mais elle sera renommé érythropoïétine.




La molécule d' érythropoïétine.

 

 

 

L’Erythropoïetine est une hormone naturelle sécrétée à 90% par le foie. Elle est le fil directeur de l’Erythropïese, c'est-à-dire la production des eryhtrocytes, plus communément appelés globules rouges.

Cette hormone est produite au niveau du foie et a besoin des reins pour fonctionner. Cet organe est pour cette hormone comme une sorte de déclencheur.

 

Le fait que l’Erythropoïetine soit sécrétée dépend de la pression partielle en oxygène au niveau des cellules rénales responsables de la sécrétion de cette hormone et dans la logique des choses cette sécrétion est aussi corrélée à l’hématocrite, régulation de globules rouges circulant dans le sang d’un individu.  Cela étant, le nombre d’érythrocytes (ou globules rouges) ne commande pas la sécrétion de cette protéine, car c’est d’avantage la quantité d’oxygène disponible qui la dirige.

L’Erythropoïetine naturelle est composée de:

-3 chaînes glycosilées

-165 acides aminés

-30.4 kDa (kilo Dalton)

-40% glycosilées

-14 acides sialiques

 


 

Schéma de la chaine polypeptidique de l' érythropoïetine

   

2. Comment agit-elle ?

Cette hormone est utilisée dans le milieu médical chez les individus atteints de déficiences rénales. La médecine préfère utiliser l’injection de l’érythropoïétine que les dialyses ou dans ce cas présent appelé hémodialyse qui servent à rendre le sang plus propre et plus apte à distribuer le dioxygène aux organes.

Injectée sous la peau, l’EPO synthétique pénètre au sein des os plats du squelette, par exemple les os du bassin, où elle fouette l’accélération des cellules CFU-E (pour Colony Forming Unit Erythroblast). Ces CFU-E donnent alors naissance à des érythroblastes qui eux-mêmes engendrent une foule de globules rouges. Au cours de leur passage dans les poumons (petite circulation), ces derniers se chargent en oxygène (O2). Ensuite, ils se dirigent, par la grande circulation, vers les différents tissus, les muscles notamment, où l’oxygène sert à la production d’énergie. Plus il y a de globules rouges, plus il y a d’énergie. Le sportif gagne en puissance, en endurance et récupère plus vite. L’EPO disparaît rapidement tandis que les effets durent plusieurs semaines.

 

Cette hormone réagit lorsque la quantité d’eryhtrocytes et donc de dioxygène varie : si celle-ci diminue, le foie, grâce aux capteurs présents à sa surface, déclenche la libération d’un peu d’érythropoïétine. Celle-ci va directement vers les reins pour que ces derniers lui permettent de fonctionner (les capteurs rénaux sont appelés les R-Epo). Ensuite, cette hormone va jusqu’à la moelle où, là, elle optimise la division et la différenciation des cellules responsables de la création des érythrocytes. Ceci permet donc la création de globules rouges. Néanmoins, cette création ne se fait pas en quelques minutes et c’est pourquoi cette hormone ne peut être utilisée pour les hémorragies, perte très inquiétante de sang. 

 


 

Schéma explicatif de l'érythropoïetine

 


                                                                                 

 

La durée de vie de cette hormone est de 6 à 8 heures et sa quantité est infime. C’est pourquoi son dosage est si difficile. L’ingestion est impossible car c’est une protéine donc seul reste l’injection par voie cutanée, juste sous la peau.

 

Lorsque l’érythropoïétine est synthétisée, elle est appelée NESP. Elle est composée, une fois sa synthèse faite de : 

-5 chaînes glycosilées

-165 acides aminés dont 5 mutés

-37.1 kDa

-51% glycosilées

-21 acides sialiques                                                                                           

 

Cette hormone, est la descendante de l’érythropoïétine et c’est le nouveau dopant pour les sportifs.

Son unité est arbitraire (unité/kg) car sa présence est infime.

Néanmoins, la synthèse de cette hormone, n’est pas nécessaire car plus l’hormone en question, soit la NESP, sera glycosilée, plus elle sera lente à « s’accrocher » aux récepteurs Epo (R-Epo) et donc, l’érythropoïétine est plus apte à se stabiliser.

 

Dès lors que l’on augmente artificiellement une dose d’une espèce créée par le receveur, plusieurs problèmes peuvent apparaître. Le cas ici de l’érythropoïétine ne fait pas exception. En effet, le fait d’injecter cette hormone provoque chez son receveur plusieurs choses d’importance assez importante pour ne pas les négliger :

 

Le volume sanguin va augmenter

L’épaisseur du sang va augmenter

Les organes recevant ce sang vont subir une modification qu’est la thrombose artérielle ce qui peut entraîner l’infarctus de l’organe en question, l’oblitération des veines et donc l’incapacité de l’organe à y survivre

L’hypertension artérielle






Schéma du cycle de creation de l' érythropoïetine


3) Pourquoi l’utilise-t-on ?

 

L’Epo que notre corps est capable de produire, ne se produit que dans le strict minimum. Néanmoins, aujourd’hui, le monde médical en a besoin pour soigner des personnes malades. En effet, les différences entre la molécule exogène et la molécule endogène ne sont pas si flagrantes que cela. Ces différences peuvent être vu grâce à une électrophorèse.

 

Malheureusement, cette érythropoïétine si utile aux dialysés, est détournée de son utilisation normale à des fins de dopage, par des athlètes soucieux d'augmenter le nombre de leurs globules rouges circulant.

Commenter cet article

Titcaille 02/10/2010 09:20


bonjour.
L'EPO n'est absolument pas produite à 90 % par le foie, mais par les reins. En ce qui concerne la production hépatique, elle est surtout réalisée au niveau du foie fœtal.
Par ailleurs, l'EPO de synthèse ne s'appelle pas forcément la NESP. La NESP correspondant à une sorte d'EPO de synthèse, ayant une durée d'action plus longue.
Cordialement.